L’entrepreneuriat c’est compliqué !

Au quotidien, nous rencontrons de nombreux entrepreneurs qui font face à de nombreux challenges. C’est compliqué… C’est le terme qui est le plus souvent utilisé quand on ne sait pas par quel adjectif qualifier une situation. Ci-dessous l’histoire de Martin. A sa place, qu’auriez-vous fait ?

Martin est un homme dynamique. Il a eu une brillante idée il y a quelques années d’ouvrir sur l’ensemble du territoire une chaîne de produits surgelés, notamment des volailles et viandes diverses. L’offre est assez intéressante et la demande est présente, quand on regarde l’évolution des habitudes de la classe moyenne de plus en plus émergente : les femmes sont de plus en plus occupées à des activités professionnelles et n’ont plus beaucoup de temps à consacrer aux activités culinaires.

Il décide de se lancer dans sa première aventure entrepreneuriale, et de s’associer avec son frère. Malheureusement l’entente est de courte durée et comme c’est très souvent le cas au sein de nombreuses entreprises, les dissensions commencent à se former et les deux décident de se séparer. #ChoisissezBienVosPartenairesD’affaires.

Après avoir digéré la déception entrepreneuriale, Martin se remet en selle et se relance cette fois ci, seul.  Seulement il doit tout recommencer à zéro : zéro capital, zéro client, zéro fournisseur.

Par la force des choses, il réussit à obtenir une #recommandation auprès d’un très gros client, et obtient de ce dernier une très grosse commande. D’ailleurs, il n’en n’avait pas eu de cette valeur dans son ancienne vie. Il décide de la fractionner en deux. L’idée étant de pouvoir réaliser la première moitié, d’obtenir le règlement qui devra financer la seconde moitié. En manque de capital pour réaliser cette première moitié, il obtient (toujours par une #recommandation) auprès d’une banque de la place, un financement sous forme de découvert bancaire. Sans garantie, sur la base d’un AVI (attestation de virement irrévocable) émis par son client au profit de son compte domicilié au sein de la banque qui a bien voulu lui faire confiance.

Tout content, Martin descend sur le terrain, collecte les produits, et boucle la livraison. Le client, satisfait de sa diligence, lui dit :

« Martin, il faut absolument que tu finalises au plus tôt l’autre moitié de la commande. »

Martin : « Ma banque a besoin de voir un mouvement dans mon compte pour continuer de m’accompagner. »

Client : « Pas de problème, prends ces espèces en règlement de ta première livraison et fais le versement dans ton compte bancaire. De cette manière, tu pourras obtenir le financement pour avancer sereinement. »

Martin tout content et opportuniste, s’en va effectuer le versement espèces auprès de sa banque. Il a remboursé le 1er découvert, et demande qu’un second lui soit accordé pour pouvoir réaliser la 2nde moitié de la commande. A sa grande surprise, son banquier lui dit : « Ce ne sera pas possible, la garantie que nous avions (l’AVI du client) n’a pas de valeur. Nous ne pouvons plus t’accompagner. »  

Perdu, Martin ne sait pas quoi faire, et se demande s’il a mal fait d’honorer la confiance qui lui a été accordée en reversant les espèces reçues de son client dans son compte bancaire.

Qu’aurait-il dû faire :

a) Refuser un règlement en espèces et demander à son client de lui effectuer un virement bancaire comme convenu.

 b) Utiliser les espèces reçues de son client pour financer la seconde moitié de la commande, et laisser sa banque attendre le règlement total de la commande ?

c) Utiliser les espèces reçues et ni vu ni connu, monter dans un avion pour les Seychelles ?

Vous cherchez une solution pour disposer de trésorerie dont vous avez besoin à court terme ?

 

Related Posts

Leave a Reply