La mobilisation de créances commerciales

Lorsque vous émettez des factures à la suite d’une livraison d’un produit ou de la réalisation d’une prestation, vous devez parfois attendre plusieurs mois avant d’obtenir le règlement de votre client. Vous vous retrouvez ainsi avec un stock de créances commerciales.

Pour pallier à vos décalages de trésorerie, il existe plusieurs solutions pour pouvoir mobiliser vos créances clients. Au Cameroun, les principaux dispositifs sont l’escompte, l’avance sur factures, et l’affacturage.

L’escompte permet d’anticiper une recette par une avance immédiate réalisée par un établissement de crédit (une banque, ou une microfinance). Dans la pratique la banque achète la créance détenue par votre entreprise, et vous octroie un crédit. Ce crédit se matérialise sous la forme d’un effet de commerce (une traite) que vous signez pour acceptation. Ainsi vous vous engagez à régler la somme inscrite sur le document à échéance convenue. Dans l’intervalle, la banque vous avance cette somme et devient alors propriétaire de la traite.

L’avance sur factures se présente généralement comme un crédit accordé par votre banque. Vous devez faire une demande que cette dernière analysera, en fonction de la notoriété de votre client, et de sa qualité de paiement. Une confirmation de l’exigibilité de votre facture, et de la domiciliation de son règlement à échéance dans votre compte bancaire est faite par votre banquier, à défaut d’obtention d’une attestation de virement irrévocable émise par votre client. Bien évidemment tout cela prend du temps, entre deux et quatre semaines.

L’affacturage fonctionne suivant le même principe, à savoir anticiper une recette par une avance immédiate du montant de la facture. Toutefois, le factor (la banque) achète la créance et se charge de son recouvrement. Au préalable à toute opération, le factor mesure le risque qu’il prend en analysant la solvabilité de votre entreprise, et de vos clients. Après avoir signé un contrat d’affacturage, document qui fixe les modalités pratiques et financières de la mobilisation des factures, vous transmettez au fur et à mesure au factor les factures que vous émettez sur les clients qui ont été agréés. Dans le cadre de l’affacturage, vous êtes obligée de confier la totalité des factures émises sur les clients qui sont inclus dans le contrat signé avec le factor, vous ne pouvez pas faire au coup par coup. Vous devez également souscrire à une assurance-crédit, imposée par le factor pour se couvrir contre le risque d’insolvabilité de vos clients. A défaut, le factor vous le refacture.

Le reverse factoring, ou affacturage inversé est encore moins répandu au Cameroun. Comme son nom l’indique, son fonctionnement est inversé par rapport à l’affacturage classique. Ici, c’est votre client qui doit faire la démarche de se faire financer le paiement anticipé de vos factures. Il confie à une banque le soin de vous payer d’avance votre facture. Ensuite, il paiera sa facture à cette banque, lorsqu’elle sera venue à échéance. Ainsi, vous bénéficiez d’une avance de trésorerie. Cette avance de trésorerie à un cout pour votre client, qu’il peut vous faire supporter.

La cession de créances commerciales, est également une technique de mobilisation de vos créances commerciales. Dans la pratique, vous transférez à un tiers ou une société spécialisée (le cessionnaire), la propriété sur une ou plusieurs factures clients en attente de règlement. La cession est matérialisée par la signature d’un bordereau de cession entre votre société et le cessionnaire, lequel identifie notamment les factures objet de la cession, ainsi que le prix de la cession. En contrepartie, vous recevez le prix de cession convenu, et vous disposez donc immédiatement de la trésorerie dont vous avez besoin.

Dans tous les cas, chacune des options aura un cout, et des contraintes pour votre entreprise. Alors pensez à bien les analyser afin de choisir celle qui sera la plus adaptée aux contraintes de votre activité.

Related Posts

1 Response

Leave a Reply